Programme de développement pour l'après 2015: consultation organisée par le MPS et soutenue par l'OMS

Date: 
13 Sep 2013

 

En septembre 2012, l'OMS et l'UNICEF ont lancé un appel à propositions pour des consultations thématiques sur la santé dans le programme de développement pour l'après 2015. Dans le cadre de sa participation à cette initiative, le MPS a coordonné les critiques des pays, en se concentrant sur ​​les pays d'Asie (Thaïlande, Inde, Bangladesh, Pakistan, Népal, Philippines, Sri Lanka, Malaisie, Indonésie et Palestine). Cette consultation limitée dans le temps vise à engager autant que possible, dans les limites du temps et des ressources, les différents acteurs y compris les activistes de la santé, les organisations de la société civile/réseaux, les centres universitaires, les gouvernements et les institutions internationales intergouvernementales.

 

Ce processus de consultation a inclus le développement de neuf rapports des pays (sept des pays asiatiques et deux rapports régionaux d'Amérique latine et d'Afrique subsaharienne), suivi d'une réunion d'une journée qui a rassemblé près de 80 participants représentant les différents acteurs et groupes. La majorité des participants étaient des organisations/réseaux de la société civile de 10 pays asiatiques.

 

Les objectifs du processus de consultation sont les suivants:

  • Examiner et évaluer les progrès vers la réalisation des OMD liés à la santé et discuter des leçons apprises.
  • Initier un dialogue avec la société civile sur le programme de développement pour l'après 2015 en matière de santé et le rôle de la société civile dans sa mise en œuvre;
  • Lancement d'un dialogue politique de différents acteurs aux niveaux national, régional et international sur les buts et objectifs d'un programme de développement pour l'après 2015 en matière de santé en mettant l'accent sur les rôles des différents acteurs et des mécanismes de responsabilisation.

Au cours de la dernière décennie, la route vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) a connu des réussites comme des échecs. Le concept d' OMD, depuis sa création, a fait l'objet de débats considérables. D'une part, il a été accueilli comme un moyen  pour obtenir de façon sûre des engagements mesurables par pays, tandis que de l'autre, il a été critiqué pour sa tentative de faire appliquer un programme national  de développement global hiérarchisé  qui ne reflète pas de manière adéquate et  ne met pas  l'accent sur les besoins différentiels et les priorités des régions et des communautés au sein des pays et entre les pays. Comme la date butoir pour la réalisation des OMD approche, l'ONU conduit une consultation mondiale autour d'un nouveau programme de développement mondial pour l'après2015. « Le Mouvement Populaire pour la Santé (MPS) » se réjouit  de la perspective d'une convention  mondiale qui s'engage dans le développement durable et équitable.

 

Conclusion du rapport:

 

Il y a des leçons importantes à tirer de l'expérience des OMD. La première leçon est qu'une énergie et des ressources concentrées peuvent aboutir à une telle initiative mondiale. Une autre leçon  est la nécessité d'aborder la dimension de l'équité, à l'intérieur et entre les pays. L'écart entre les riches et les pauvres dans le monde a augmenté avec un impact négatif sur l'accès aux déterminants sociaux de la santé, sur la qualité de la santé et sur les soins de santé  pour la majorité des gens. Le nouveau programme de développement devrait inclure, comme une priorité absolue, la réalisation de l'équité au sein des pays et entre les pays.


Il est clair que les instabilités, les déséquilibres et les incapacités du capitalisme mondialisé néolibéral contemporain sont des obstacles importants au développement.
Les crises de la finance, de l'équité, de la nourriture et du climat peuvent toutes être attribuées dans une large mesure aux dysfonctionnements de ce régime économique. Le commerce inéquitable a été souligné à plusieurs reprises comme un impact négatif sur les déterminants sociaux de la santé et des systèmes de santé. Le nouveau programme de développement doit tenir compte des crises du capitalisme contemporain et des relations de pouvoir qui les soutiennent, y compris la domination politique par les entreprises et les banques mondiales,  ainsi que par les riches élites du monde. Il  doit être fondé sur une analyse qui comprend comment l'injustice mondiale, la mauvaise gouvernance et l'insécuri sociopathe freinent le « développement ».

 

Nous devons travailler vers un modèle de développement différent qui soutient  l’harmonie de la vie des hommes avec leur environnement (plutôt que la croissance comme la seule voie de développement), et qui crée des sociétés dans lesquelles les gens peuvent  « bien vivre » sans le matérialisme et le consumérisme extrêmes actuellement répandus. Nous devons travailler à un processus de développement qui est conduit  par la mobilisation sociale et la participation des populations fondées sur les besoins et les expériences des gens plutôt que simplement sur les transferts financiers (inadéquats).

 

Les crises sanitaires actuelles soulignent la nécessité d'établir des priorités de santé qui tiennent compte des déterminants structurels de la santé, y compris les causes profondes de mauvaise santé, comme la pauvreté et les inégalités et les déterminants qui façonnent   le développement du système de santé (les « causes des causes » comme  Commission sur les déterminants sociaux de la santé les a nommés). Une nouvelle initiative de développement mondial devrait avoir une structure qui répond aux corrélations entre la santé et les autres aspects du développement.

 

Lors de la consultation, les déterminants suivants ont été soulignés: l’environnement, l'eau et son ' assainissement, le bien-être mental, le genre, la profession, la présence militaire et les conflits et, la souveraineté alimentaire. La nutrition  et la souveraineté alimentaire ont été soulignées comme des déterminants clés qui doivent être surveillés et traités comme les causes centrales à la fois des maladies transmissibles et non transmissibles(MNTs): lors de la consultation, de nombreux pays ont identifié les MNTs comme mettant une charge croissante sur la santé des gens. C'est pourquoi la recherche doit être entreprise dans le but d'élaborer un ensemble complet d'indicateurs qui répondent à ces multiples liens et complexités.

 

Lors de la consultation, la majorité des participants était  d'accord avec la couverture de santé universelle (CSU) comme étant une priorité de santé, mais soulignait  qu'elle devait être clairement définie comme incluant l'accès à des soins de qualité, le renforcement des systèmes de santé publique y compris le financement et le service public set qu'elle ne doit pas se concentrer uniquement sur le droit à des bénéfices limités dans un paquet minimum des soins offerts quand dans de nombreux cas, l'infrastructure de prestation de services n'est tout simplement pas présente.

 

Le nouveau paradigme de développement doit passer  de la charité et de la sécurité aux droits et à la solidarité. Cela n'est possible que par le déploiement de « leadership », de la réconciliation, du consensus et de l'élaboration de politiques participatives et pas seulement de « l'aide financière internationale ».

 

La majorité des participants à la consultation ont souligné à plusieurs reprises l'importance de la mobilisation sociale comme vecteur de changement social. La participation de la société civile dans l'élaboration, la mise en œuvre et l'évaluation des politiques et des programmes est essentielle pour faire fonctionner le nouveau programme de développement pour tous. Le nouveau programme de développement devra s'assurer que des mécanismes et des ressources sont mis en place et que ceux-ci permettront à la société civile de  renforcer la solidarité et la sécurité qui entraînent la démocratie, la responsabilité, la probité, la justice et l'équité. Le nouveau programme de développement et de santé doit reconnaître et utiliser  l'indignation légitime des gens de manière constructive plutôt que de la nier par son obscurcissement et pallier un ordre mondial qui reproduit les inégalités, y compris la santé.

 

Cliquez ici pour plus d'informations sur le processus de consultation, le rapport de consultation, les rapports nationaux et les présentations des pays


News and Analysis: 
Type: