Mouvement Populaire pour la Santé - Gabon
Dans son préambule, la Constitution Gabonaise du 26 Mars 1991 « Affirme solennellement son attachement aux droits de l'Homme et aux libertés fondamentales tels qu'ils résultent de la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen de 1789 et de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme de 1948, consacrés par la Charte africaine des droits de l'Homme et des Peuples de 1981, et par la Charte nationale des libertés de 1990 (L. 1/97 du 22 avril 1997)... » et formule dans son article premier un certain nombre de droits sociaux et parmi eux:

Le droit à la sécurité sociale : Alinéa 8 de l'article premier de la constitution

« 8°) L'Etat, selon ses possibilités, garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère, aux handicapés, aux vieux travailleurs et aux personnes âgées, la protection de la santé, la sécurité sociale, un environnement naturel préservé, le repos et les loisirs... »;

Force est de constater que ces engagements ne sont presque jamais respectés.

Un droit ne se négocie pas, un droit, c'est simplement un acquis dont nous devrions jouir.

A nous de nous organiser donc pour jouir de nos droits. Voilà l'esprit qui anime notre mouvement.

Permettre aux populations de connaitre , de revendiquer et de jouir de leurs droits. Amener les pouvoirs publics à respecter leurs engagements vis à vis des populations.

Face aux ravages du Sida, du tabagisme, du paludisme, de la Tuberculose... et vu le laisser aller des pouvoirs publics , voir la complicité de ces derniers, nous pensons que les populations doivent prendre en main leur destin.

C'est le sens que nous donnons à notre lutte au sein de PHM GABON.


Mouvement Populaire pour la Santé - Gabon
Dans son préambule, la Constitution Gabonaise du 26 Mars 1991 « Affirme solennellement son attachement aux droits de l'Homme et aux libertés fondamentales tels qu'ils résultent de la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen de 1789 et de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme de 1948, consacrés par la Charte africaine des droits de l'Homme et des Peuples de 1981, et par la Charte nationale des libertés de 1990 (L. 1/97 du 22 avril 1997)... » et formule dans son article premier un certain nombre de droits sociaux et parmi eux:

Le droit à la sécurité sociale : Alinéa 8 de l'article premier de la constitution

« 8°) L'Etat, selon ses possibilités, garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère, aux handicapés, aux vieux travailleurs et aux personnes âgées, la protection de la santé, la sécurité sociale, un environnement naturel préservé, le repos et les loisirs... »;

Force est de constater que ces engagements ne sont presque jamais respectés.

Un droit ne se négocie pas, un droit, c'est simplement un acquis dont nous devrions jouir.

A nous de nous organiser donc pour jouir de nos droits. Voilà l'esprit qui anime notre mouvement.

Permettre aux populations de connaitre , de revendiquer et de jouir de leurs droits. Amener les pouvoirs publics à respecter leurs engagements vis à vis des populations.

Face aux ravages du Sida, du tabagisme, du paludisme, de la Tuberculose... et vu le laisser aller des pouvoirs publics , voir la complicité de ces derniers, nous pensons que les populations doivent prendre en main leur destin.

C'est le sens que nous donnons à notre lutte au sein de PHM GABON.